LES ARTISANS DES DROITS HUMAINS

Rencontre avec Zainab Fasiki

L'aaatelier a rencontré la talenteuse Zainab Fasiki, illustratrice marocaine, bédéiste et féministe.

→ 29 mars 2018

Hello Zainab, avant de rentrer dans le vif du sujet, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Je suis Zainab Fasiki, dessinatrice de bandes dessinées, ingénieure d’état en mécanique et féministe. J’anime des workshops de dessin ainsi que sur les droits de femmes avec des organisations et je dessine des illustrations pour des magazines et festivals.

Ingénieure d’état en mécanique !? Quel a été le déclic pour que tu te lances dans la BD ?

J’ai toujours rêvé de voyager partout au monde en faisant mes expositions pour transmettre mon message d’égalité entre les femmes et les hommes. Durant mes études, je n’avais même pas le temps de me reposer, c’est pour cela que j’ai décidé cette année de faire ce que j’ai toujours rêvé de faire ! Mais je n’ai pas laissé tomber ma passion pour la mécanique, je participe à des festivals de robotique DIY1 en faisant des installations interactives avec ce que j’ai appris durant mes études. J’aimerais travailler en entrepreneuriat ou dans une société lorsque je terminerai de réaliser tous mes rêves.

Comment t’inscris-tu dans le combat féministe au Maroc ?

J’ai vécu plusieurs situations de discrimination durant mes stages, mes études, avec ma famille et dans l’espace public. En tant que victime de ces inégalités (et je le suis encore aujourd’hui), j’ai décidé de dédier ma carrière à corriger cela à travers mes dessins et mes projets.

Ta particularité est de te dessiner nue, est-ce une façon pour toi de désexualiser le corps de la femme ?

Je me dessine souvent nue car c’est ma façon de résister aux tabous de ma société. Le corps féminin ici (ndlr : au Maroc) doit toujours être caché et il n’existe pas dans les musées ou dans l’art en général ; cela augmente la suppression sexuelle chez les hommes ainsi le manque d’éducation sexuelle. C’est pour cela j’essaie de montrer ce corps comme étant un objet artistique ayant plusieurs définitions et pas seulement un caractère sexuel.

Peux-tu nous parler de la résidence artistique Women Power que tu as lancée  à Casablanca ?

Le projet WOMEN POWER, c’est une série de résidences artistiques mensuelles. Chacune dure une journée et s’articule autour d’un domaine artistique. Durant la journée, 20 participantes font des projets avec des coachs du même domaine. À chaque fois nous créons ensemble des produits artistiques dans le but d’encourager ces filles marocaines à être artistes, puisque ce domaine est dominé par les hommes.

Avant de se quitter, quels sont tes projets pour le futur ?

Mes projets pour le futur… Je lancerai des livres, des bandes-dessinées, des plateformes et pleins d’autres évènements !

 

 

Pour retrouver la talentueuse Zainab Fasiki, c’est par ici : Facebook | Instagram

Pour en savoir plus sur la résidence artistique WOMEN POWER, c’est par là : Facebook

 

 

 

L’aaatelier a besoin d’artisans!
Devenez contributeur et proposez une publication: hello@laaatelier.org

→ Lire aussi