LES ARTISAN·E·S DES DROITS HUMAINS

Histoire illustrée des droits des femmes en France 2/10

Au cours d'une mini-série de 10 épisodes, l'aaatelier vous propose une chronologie illustrée sur l'histoire des droits des femmes. Ce deuxième épisode se focalise sur la scolarité des filles.

et → 4 juin 2019

🔎 Retrouvez l’introduction à notre histoire des droits des femmes illustrées (1/10) 

 

*1833 : scolarité des filles

L’accession des filles à une instruction identique à celle des garçons a été lente et difficile. Malgré les diverses réformes, les filles sont encore victimes de lourdes discriminations et le chemin vers la parité reste long.

Le 28 juin 1833, la loi Guizot institue la liberté de l’enseignement primaire public. La mixité est à cette époque très exceptionnelle et théorique.

En 1836 est alors créé l’enseignement primaire public pour les filles suivi, deux ans plus tard, par la création de la première école d’institutrices.

La loi Falloux, promulguée le 15 mars 1850, complète la loi Guizot en rendant obligatoire la création d’une école de filles dans toute commune d’au moins 800 habitants et sera suivie de la loi Duruy du 10 avril 1867 créant notamment les cours secondaires féminins publics.

L’application de ces réformes demeure cependant limitée. En effet, avant la IIIème République, les écoles étaient majoritairement congrégationnistes – dirigées par l’Église – la France est alors fortement conservatrice à l’égard des femmes.

La loi du 21 décembre 1880, dite loi Camille Sée, ouvre l’enseignement secondaire aux filles en créant notamment des collèges et des lycées publics pour les filles. Par cette loi, l’instruction des filles n’est plus uniquement dispensée par les établissements religieux. L’enseignement est néanmoins toujours différent de celui des garçons et sanctionné par un diplôme d’enseignement secondaire et non par le baccalauréat.

Cette ouverture est renforcée par la promulgation des lois Ferry du 16 juin 1881 et du 28 mars 1882 qui rendent l’enseignement primaire public, gratuit, obligatoire et laïc dans les établissements publics pour les garçons comme pour les filles.

Il faut cependant attendre le décret de Léon Bérard en 1924 pour obtenir l’uniformisation de l’enseignement secondaire et ainsi l’ouverture du baccalauréat aux filles.

Le difficile accès à l’éducation n’empêche pas certaines femmes d’obtenir diplômes et distinctions. Aussi, en 1861, Julie Daubié est la première femme à se présenter au baccalauréat et à l’obtenir en le travaillant de manière autonome. De même, Marie Curie recevra plusieurs distinctions, dont le prix Nobel de physique en 1903, pour ses recherches sur les radiations. Depuis, le prix Nobel a été décerné 52 fois à des femmes. Mais ce chiffre reste encore largement inférieur aux 842 hommes récompensés.

© Illustrations de Margaux Sabourin

et

L’aaatelier a besoin d’artisans!
Devenez contributeur et proposez une publication: hello@laaatelier.org

→ Lire aussi