LES ARTISAN·E·S DES DROITS HUMAINS

Islam, islamisme, clarifions les termes

« À cause de la montée du salafisme, l’intégrisme se propage et fait de l’islamisme un terreau du jihadisme financé par le wahhabisme ». Depuis quelques années, on entend de plus en plus ce type de phrase dans le débat public et dans les médias.

→ 6 décembre 2017

La religion musulmane est devenue un sujet de discussion récurrent, et des termes liés à l’Islam ou au vocabulaire religieux en général sont souvent utilisés à tort et à travers, sans que l’on sache vraiment ce qu’ils signifient. Cette tendance a été accentuée par les attentats qui ont eu lieu en Europe ces dernières années au nom de l’organisation qui se dit
« État islamique ». À cause de cela, pour beaucoup d’entre nous, les mots « extrémisme », « fondamentalisme », « islamisme » et parfois « terrorisme » sont quasiment devenus des synonymes, ou sont tout au moins difficiles à différencier. Cette confusion ne fait malheureusement qu’ancrer des préjugés sur l’Islam et les musulmans en Europe. C’est pourquoi nous tenterons ici de définir certains de ces termes pour y voir plus clair et déconstruire certaines idées reçues.

Islam : religion monothéiste fondée au 7ème siècle et qui puise sa source dans son livre sacré, le Coran. Les adeptes de l’Islam, dont le nombre est estimé entre un et deux milliards autour du globe, sont appelés les musulmans.

La majorité des musulmans ne sont pas arabes, mais sont issus de la région de l’Asie-Pacifique (Indonésie, Bangladesh, Pakistan…).

Islamique : adjectif désignant toute chose inspirée de l’Islam ou liée à la religion musulmane. Exemple : l’art islamique.

Le politologue Olivier Roy utilise « le terme « musulman » pour désigner ce qui relève du fait (« pays musulman » : pays où la majorité de la population est musulmane) et le terme « islamique » pour ce qui relève de l’intention (« État islamique » : État qui fait de l’Islam le fondement de sa légitimité). »1

Islamisme/islamiste : la conviction selon laquelle l’Islam fournit une base pour une doctrine politique moderne. Cela veut dire que la vie publique devrait se baser ou s’inspirer des préceptes (règles) de la religion, et que l’Islam peut être transformé en idéologie politique fondant les principes de la vie en société. « Islamisme » est synonyme « d’Islam politique ». Par conséquent, un islamiste est une personne ou un groupe de personnes qui adhèrent à cette conviction et qui souhaitent l’appliquer. L’islamisme est donc un concept et non un mouvement homogène ; il peut prendre des formes diverses et variées. Les différentes visions ou applications de l’islamisme peuvent être totalement opposées ou incompatibles entre elles.

Le Parti politique Ennahda en Tunisie, pacifique et démocratique, et Daesh, une organisation violente et totalitaire, peuvent tous les deux être qualifiés d’islamistes, bien qu’ils soient radicalement opposés.

Jihad : mot signifiant en arabe travail « lutte » ou « effort », le jihad est un précepte de la religion musulmane. Il est avant tout un concept spirituel, fondé principalement sur la lutte interne pour améliorer sa propre personne afin de se rapprocher des enseignements divins et des idéaux prêchés par les prophètes. En outre, la tradition musulmane distingue communément le « Jihad majeur », basé sur la spiritualité et l’effort pour améliorer sa personne, du « Jihad mineur », qui est un effort de guerre, généralement pour défendre la communauté contre l’envahisseur ou l’occupant. De nombreuses interprétations de la notion de Jihad existent, basées sur le Coran, les hadiths2, et les explications des chercheurs et juristes. La plupart s’accordent cependant à dire que le concept est avant tout personnel et spirituel.

Contrairement à ce qu’on peut souvent entendre, « Jihad » ne veut donc pas dire « guerre sainte » en arabe.

Jihadisme/Jihadiste : terme dérivé de Jihad, qui désigne communément de nos jours une doctrine politique visant à établir ou rétablir un État islamique (le califat) en renversant par la force les États existants et considérés par certains comme mécréants (ne respectant pas les principes de l’Islam). Les jihadistes sont donc des militants prônant ou usant de la violence pour arriver à cet objectif politique. On les appelle « jihadistes » car ils affirment faire le jihad (voir définition antérieure). Cependant, leur interprétation du jihad, qui est de mener une révolution violente contre les gouvernements qu’ils considèrent comme hérétiques (non-conformes à l’orthodoxie religieuse), n’est pas partagée par l’immense majorité des musulmans.

« Le jihadisme est un islamisme révolutionnaire »3.

Intégrisme : Terme désignant la volonté d’appliquer intégralement les croyances et les pratiques religieuses à tous les domaines de la vie (personnelle, sociale, politique, économique, etc.). Un intégriste considère donc que tous les aspects de sa vie sont liés à sa religion, et que la religion doit primer partout. Ce concept n’est pas spécifique à l’Islam.

Le mot « intégriste » a d’abord été utilisé en France pour désigner certains catholiques qui s’opposaient à la laïcisation de la société au début du XXème siècle.

Fondamentalisme : c’est la volonté de revenir aux sources de la religion, à ses fondements, en se référant principalement aux textes fondateurs des religions, dans une recherche de pureté. Il désigne communément un fort conservatisme basé sur une interprétation littérale des textes religieux4. Le mot fondamentalisme a d’abord été utilisé pour désigner certaines formes de protestantisme chrétien. Ce concept n’est donc pas non plus spécifique à l’Islam.

Un fondamentaliste musulman n’est donc pas forcément islamiste, puisqu’il cherche à pratiquer sa religion de la façon la plus stricte possible mais pas toujours à en faire un projet politique pour l’ensemble de la société.

Salafisme : dérivé du mot arabe « salaf », qui signifie les « ancêtres », pour désigner les premiers musulmans.  Le salafisme est une forme de fondamentalisme musulman qui prône un Islam puritain, rigoriste et ultra-conservateur, censé imiter le style de vie et les actions des premiers musulmans, c’est-à-dire les disciples du prophète Mohammed. Les salafistes veulent donc revenir à ce qu’ils considèrent comme étant l’Islam des origines.

Les salafistes se laissent souvent pousser la barbe pour imiter le prophète Mohammed qui en portait une.

Wahhabisme : très proche voire synonyme du salafisme, le wahhabisme est l’Islam salafiste tel que théorisé et pratiqué par l’Arabie saoudite. Le wahhabisme est donc un salafisme (voir définition ci-dessus) lié et contrôlé par la monarchie saoudienne.

Le Wahhabisme tire son nom du prédicateur du XVIIIème siècle Mohammed Ben Abdelwahhab, qui était un salafiste proche du fondateur de la dynastie saoudienne, Mohammed Ibn Saoud.

Chacune de ces définitions, comme on peut le voir, peut être considérée comme incomplète et porter à débat. En effet, chacun de ces mots a déjà fait l’objet à lui seul de dizaines d’ouvrages et de travaux de recherche. Mais ces explications synthétiques peuvent nous aider à démêler le vrai du faux lorsque ces termes sont employés de façon incorrecte.
La mauvaise utilisation des mots est une source d’incompréhension et de préjugés, et pousse à la stigmatisation ou à la discrimination de certaines personnes en raison de leur origine ou de leur religion.

 

© Des partisans de l'Ayatollah Khomeini manifestent en Iran durant la révolution islamique de 1979. Aristotle Saris, AP Photo.

L’aaatelier a besoin d’artisans!
Devenez contributeur et proposez une publication: hello@laaatelier.org

→ Lire aussi